Piqurophobe

0 vote

Après son séjour paradisiaque aux urgences, Calamity s’est retrouvée dans un service spécialisé en neurologie, il paraît qu’ils veulent aller fouiller dans sa tête. Ils ne sont pas sortis du sable, les gars. Et dans ce service, on se retrouve en coloc. Dans mes souvenirs, la coloc c’est le truc super sympa, où on vit avec des potes, on fait la fête, on picole, on fait la fête, on picole. Donc voilà Calamity super contente, enthousiaste comme un journaliste qui suit un président à scooter.

Bon l’arrivée dans la coloc s’annonce pas super, la copine de chambre, ressemble à Sim qui aurait piqué la moumoute de Mireille Mathieu, bref une beauté fatale d’un âge avancé, avec un hématome au cerveau d’une taille respectable. Comme ma copine dort, je me dis que je vais pouvoir souffrir en paix, et tant pis pour la picole et la fête. Mais c’était sans compter sur l’effet hématome ; Vous connaissez les gremlins, ces charmantes bestioles qui se transforment en créatures aussi aimables et sympathiques qu’une cohorte d’ados lors de leur première soirée post confinement ? A peine les volets fermés, voilà Mémé en mode gremlins, la table de nuit qui vole, les seringues arrachées, le paravent qui finit sur mon nez. Et puis retour au calme, ben oui il faut bien reprendre des forces.

- Vous avez mes chaussures, il me faut mes chaussures pour aller prendre mon train.

Hummm un œil ouvert, le cheveu en bataille comme après une chaude nuit en charmante compagnie sauf que cette nuit c’est juste la douleur qui fait transpirer, et la réflexion d’une huître qui aurait trempé trop longtemps dans le vinaigre à l’échalote. Et paf le mauvais réflexe, le truc qu’il ne fallait pas faire. Le truc qui allait être la cause de ma brûlure rétinienne irréversible : j’allume la lumière. En même temps à 2 h du matin, dans un hôpital, douloureuse et fatiguée, question réflexe, c’est un peu le niveau 0.

Devant mes yeux ébahis, Mémé, en tenue d’Eve avec une protection en guise de feuille et les bas varices tire-bouchonnés sur ses cuisses de mouche. Finalement le train aura du retard et Mémé finira sa nuit dans un calme relatif. Mais la vie n’est malheureusement pas aussi simple qu’un film. Parce que dans le film, les gremlins sont calmes le jour, contrairement à Mémé et son hématome farceur. Et Calamity sera pour elle une infirmière déguisée en patiente, qui aurait redécoré sa maison pour lui faire croire qu’elle était à l’hôpital et pour faire des cochonneries avec l’infirmier aux frais de la princesse. Sacrée Calamity, quelle coquine ! C’est pour cela les cheveux en bataille…

Après cette folle nuit, Grand Manitou, Manitou Junior et un assistant sont au chevet de Calamity, pendant que Mémé continue son monologue sur tous ces gens qui ont l’audace, le toupet de squatter sa baraque ! Bon les trois gaillards semblent un peu perdus, elle coche des cases dans leur grand tableau des symptômes mais elle coche d’autres cases qu’il ne faut pas. Quelle emmerdeuse cette Calamity !

Allez hop, une ponction lombaire, il paraît qu’on va trouver les bonnes cases. Humm, stop, un instant, j’aimerais tout simplement (vous connaissez la chanson, non ?) Euhhh quelqu’un leur a dit que calamity elle était piqurophobe à tous ces petits gars ?? Visiblement non.

Mais Grand Manitou, c’est un gars bien. Un gars qu’il faut rencontrer au moins une fois dans sa vie. Bon sans les douleurs c’est mieux. Un ponte de la neuro, un cador de la ponction. Un homme, dans toute son humanité, un gars qui prend soin, et Calamity s’apaise, elle fait confiance, elle l’entend parler, elle accepte le médicament que lui tend l’infirmier, un mec tout aussi bien que son chef. On lui demande de faire le dos rond, elle respire dans le masque, elle entend qu’elle a un beau dos, que tout va bien se passer, elle se laisse porter dans les bras de l’infirmier, sa tête contre sa tête, ses bras l’enserrent, elle sent la main du grand manitou qui rassure, qui parle doucement avec des mots doux. Elle ne sent rien et ils parlent tous les deux, de vélos, de Tour de France, Calamity est bien. Et puis c’est fini. Elle n’a rien senti, mais elle a ressenti la douceur, le professionnalisme des soignants. Et ce mot soignant est vraiment le plus beau, ces gens savent prendre soin, vraiment prendre soin.

Ce matin Calamity a toujours mal, mais elle n’a plus peur, elle sait que les bras qui l’entourent, les mains qui la soignent, les regards qui la portent sont beaux.Et qu’ils sauront aider Calamity et une Mémé avec des bas varices tire-bouchonnés, même l’infirmier qui aurait respiré un peu trop près de Calamity et aurait passé une fin de journée en eaux troubles .

notez cet article
0 vote

Une réaction ? SMS